RSS

Le FBDFQ dévoile les finalistes des Bédéis Causa 2016 et annonce le nouveau prix Jacques-Hurtubise

28 Fév

mosaique_bedeiscausa_webLe 29e Festival de la BD francophone de Québec arrive à grands pas et l’organisation est heureuse de dévoiler les finalistes de ses prix Bédéis Causa. Remis depuis les débuts de l’événement, qui se déroule cette année du 13 au 17 avril, les prix Bédéis Causa cherchent à récompenser ce qui se fait de mieux en matière de bandes dessinées, particulièrement celles créées par les auteurs d’ici. En plus des six prix remis lors de la cérémonie qui se déroulera au Musée de la Civilisation de Québec, le samedi 16 avril prochain à 19 h, le FBDFQ est fier d’ajouter une nouvelle récompense : le prix Jacques-Hurtubise.

LE PRIX JACQUES-HURTUBISE

Décerné sur dépôt de candidature, le prix Jacques-Hurtubise se veut une façon de favoriser la nouvelle création et les auteurs émergents au Québec. Cette bourse de 1 000$, offerte par BROUILLARD Communication, est destinée à aider un(e) auteur(e) à mener à terme un projet déjà en chantier de publication en autoédition. En plus de la bourse, le lauréat sera invité à présenter une exposition de son travail lors de la prochaine présentation du FBDFQ. Pour être éligibles, les candidats devront déposer d’ici le 1er avril un dossier présentant leur projet, celui-ci

comprenant notamment un extrait sous forme de planche ou d’esquisses, ainsi qu’un synopsis complet. Les gens intéressés à soumettre leur dossier peuvent accéder à tous les détails et au formulaire d’inscription sur la page d’accueil du http://www.fbdfq.com.

« C’est un plaisir pour moi de m’associer au FBDFQ comme donateur récurrent pour ce nouveau prix car je porte une grande estime au regretté Jacques Hurtubise et, comme lui, je trouve extrêmement important d’appuyer la relève. Partenaire de la première heure du festival, il faut aussi dire que j’entretiens une histoire d’amour avec la bande dessinée depuis plus de 50 ans. », affirme Jean Brouillard, président de BROUILLARD Communication. « Avec son complice Pierre Huet, Jacques Hurtubise m’a donné, ainsi qu’à plusieurs autres dans les années 80, la chance de collaborer au magazine CROC avec un groupe de rédacteurs et d’illustrateurs de Québec. Ça ne s’oublie pas ! », poursuit-il.

Auteur, scénariste et éditeur, Jacques Hurtubise nous a quittés subitement en décembre dernier. Ardent promoteur du 9e art québécois, il est considéré de façon unanime comme l’une des personnalités les plus importantes dans le développement de la BDQ. Alliant une créativité sans borne, une passion pour le médium et un talent d’entrepreneur inné, il a su contribuer de façon importante à l’essor de l’édition de bande dessinée au Québec et à la professionnalisation de ses artisans.

 

BÉDÉIS CAUSA 2016 – LES FINALISTES

Prix Réal-Fillion

Auteur québécois, scénariste ou dessinateur, s’étant le plus illustré avec son premier album professionnel.

  • Valérie Amiraux, scénariste, pour Salomé et les hommes en noir (Bayard)
  • Grégoire Normand, scénariste, pour La Petite patrie (La Pastèque)
  • Mat Ordog, pour Les Pieds palmés, tome 1 – Les terres arides (Michel Quintin)

Grand prix de la ville de Québec

Meilleur album de langue française publié au Québec.

  • Paul dans le Nord, de Michel Rabagliati (La Pastèque)
  • La Petite Patrie, de Julie Rocheleau et Grégoire Normand, d’après l’œuvre de Claude Jasmin (La Pastèque)
  • Promise, tome 3 – Incubus, de Mikaël et Thierry Lamy (Glénat Québec)
  • Whitehorse, première partie, de Samuel Cantin (Pow Pow)
  • C’est pas facile d’être une fille, tome 2 – Tout va bien aller, de Bach (Mécanique générale)

Prix Albéric-Bourgeois

Meilleur album de langue française publié à l’étranger par un auteur québécois, dessinateur ou scénariste.

  • La Colère de Fantomas, tome 3 – À tombeau ouvert, de Julie Rocheleau et Olivier Bocquet (Dargaud)
  • Les Nombrils, tome 7 – Un bonheur presque parfait, de Delaf et Dubuc (Dupuis)
  • Broadway, une rue en Amérique, tome 2, de Djief (Quadrants)

Prix Maurice-Petitdidier

Coup de cœur du jury pour album francophone publié à l’étranger.

  • Undertaker, tome 1 – Le Mangeur d’or, de Ralph Meyer et Xavier Dorison (Dargaud)
  • Les Équinoxes, de Cyril Pedrosa (Dupuis)
  • Le Rapport de Brodeck, tome 1 – L’autre, de Manu Larcenet et Philippe Claudel (Dargaud)

Prix traduction

Coup de cœur du jury pour album publié en français et issu d’une traduction.

  • Le Sculpteur, de Scott McCloud (Rue de Sèvres)
  • Thrashed, de Derf Backderf (Ça et Là)
  • Je n’ai rien oublié, de Ryan Andrews (Ryan Andrews)

Lors de la cérémonie, l’organisation du FBDFQ remettra également le Prix Albert-Chartier, décerné à chaque année en hommage à un individu ou organisme ayant marqué le monde de la bande dessinée francophone au Québec.

Rappelons que la présente édition des Bédéis Causa porte sur les albums publiés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2015. Comme à l’habitude, la sélection des finalistes a été effectuée par un jury formé de libraires et de chroniqueurs spécialisés.

 
Poster un commentaire

Publié par le 2016/02/28 dans Actualités

 

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :