Le samedi de la BD gratuite – rendez-vous le 4 mai dans les librairies participantes du Québec

Une bande dessinée exclusive sera remise gratuitement aux visiteurs de 50 librairies indépendantes et bibliothèques du Québec et même au-delà, samedi le 4 mai 2019.

La Boîte à BD Le Comic Book #8 est un collectif de 72 pages remplis d’extraits d’albums et de courtes histoires originales.

Avec la participation bénévole d’artistes amateurs et professionnels, la librairie de bandes dessinées La Boîte à B.D.et le service d’illustration DaveStudio ont conçu Le Samedi de la BD Gratuite, version québécoise du Free Comic Book Day américain qui se déroule le même jour à chaque année, soit le premier samedi du mois de mai. Le but premier étant de favoriser la lecture, cela permettra aux amateurs de bandes dessinées de découvrir des œuvres qu’ils n’auraient peut-être pas appréciées au premier coup d’œil. Aucun achat n’est requis.

Artistes Participants édition 2019 : En page couverture, Ghyslain Duguay. De courtes histoires originales et extraits d’albums parus et à paraître par Ghislain Duguay et Michel Viau, Philippe Poulin, Marsi, Jipi Perreault, Sasha Lefebvre et Jean-François Laliberté, VoRo et Frédéric Antoine, Éric Asselin et plusieurs autres.

C’est de Montréal à Sept-Iles et de Québec à Lyon que les bédéphiles pourront profiter de cette édition 2019. Les artistes invités et autres activités offertes diffèrent d’une librairie à l’autre. Informez-vous auprès de votre librairie locale.

Liste des librairies participantes

Rendez-vous dans une librairie indépendante près de chez vous le 4 mai 2019 pour obtenir votre bande dessinée gratuite.

Publicités

Le Festival Québec BD remets ses 32e prix Bédéis Causa

À l’aube du dernier weekend du 32e Festival Québec BD, l’organisation de l’événement a remis, lors d’une cérémonie au Musée de la civilisation, ses prix Bédéis Causa. Décernés depuis 1988, ces récompenses soulignent le travail des auteur.e.s et l’excellence d’œuvres de bande dessinée provenant principalement de créateurs québécois. Effectué en présence de nombreux invités, le dévoilement des lauréats a permis de mettre en lumière la vitalité du 9e art et la diversité des créations d’ici.

La cérémonie a débuté avec la remise du prix Réal-Fillion, récompensant un.e auteur.e canadien, scénariste et/ou dessinateur, s’étant le plus illustré avec un premier album francophone professionnel. Les lauréats de cette année pour ce prix, qui ont été dévoilés par le directeur de Québec BD, Thomas-Louis Côté, sont Jean-François Laliberté et Sacha Lefebvre, pour le premier tome de la série de science-fiction U-Merlin(Michel Quintin).

La remise s’est poursuivie par le dévoilement des albums lauréats des prix Maurice-Petitdidier,  un coup de coeur du jury pour album francophone publié à l’étranger, ainsi que du prix Traduction, un coup de coeur du jury pour album publié en français et issu d’une traduction. Les lauréats de ces catégories sont respectivement Ceux qui restent, de Joseph Busquet et Alex Xoül (Delcourt), et le premier tome de Royal City, de Jeff Lemire (Urban Comics). Ces prix ont été remis par Pauline Berenguer, chargée de mission Art, Culture et Francophonie au Consulat général de France à Québec, et Philippe Brocard, président de Lyon BD.

Le prix Albéric-Bourgeois, décerné au meilleur album de langue française publié à l’étranger par des auteur.e.s canadiens, dessinateurs et/ou scénaristes, a quant à lui été remis à l’auteur de Québec Mikaël, pour le deuxième tome de sa série Giant (Dargaud), par la présidente de Québec BD, Tanya Beaumont.

C’est à une représentante du jury jeunesse, formé d’élèves de l’École des Jeunes du Monde, qu’est revenu l’honneur de présenter l’album lauréat du premier prix Yvette Lapointe, destiné au meilleur album jeunesse de langue française publié par des auteur.e canadiens. Les membres du jury sont tombés sous le charme du premier tome de la nouvelle série Aventurosaure, de l’auteur montréalais Julien Paré-Sorel (Presses Aventure).

Ensuite, la relève a été mise à l’honneur avec le dévoilement, par Hélène Fleury, cofondatrice du magazine CROC, du lauréat du prix Jacques-Hurtubise, visant à favoriser la nouvelle création et les auteurs émergents au Québec. Ce prix, accompagné d’une bourse de 1 000$ offerte par Brouillard, a été remis à Julien Dallaire-Charest, lui permettant de mener à terme son projet Pogneurs de spectres. L’auteur sera invité à présenter une exposition de son travail lors de la prochaine présentation du Festival Québec BD.

C’est à Alicia Despins, conseillère municipale du district Vanier-Duberger et membre du comité exécutif responsable de la culture, de la techno-culture et des grands évènements, qu’est revenu le plaisir de dévoiler l’album lauréat Grand prix de la ville de Québec, attribué au meilleur album de langue française publié au Québec par des auteur.e.s canadiens. Les honneurs sont revenus à l’auteur de Québec Francis Desharnais, pour son album La Petite Russie (Pow Pow).

Pour terminer la cérémonie, l’organisation a décidé cette année de remettre deux prix hommage Albert-Chartier, à une auteure et un auteur qui ont innové par leur pratique. Dans un premier temps, c’est à l’auteureSylvie Rancourt qu’un hommage a été rendu. Créatrice de la série Mélody, elle a utilisé la bande dessinée autobiographique pour raconter les réalités de sa vie de danseuse nue au début des années 80, à une époque où ce style était peu commun. Son œuvre a été publiée au Québec, aux États-Unis et en Europe, où la réédition de Mélody a notamment été en nomination pour le prix Patrimoine du Festival International de la bande dessinée d’Angoulême, en 2014.  C’est l’historien Michel Viau qui a par la suite remis le deuxième prix Albert-Chartier à un pionnier de la BD de genre au Québec, Paulin Lessard. Résident du Saguenay, Paulin Lessard a publié dans de nombreux journaux, de 1947 à 1949, sa série de science-fiction Les deux petits nains et ce, à une époque où ce style était virtuellement inexistant dans la production québécoise. Les visiteurs de l’exposition BD : Moments forts du 9e art québécois au Musée de la civilisation pourront découvrir l’album publié à l’époque et qui, sur 104 pages, présente l’ensemble de la série.

Quatre auteurs BD en résidence à Québec à l’occasion du 32e Festival Québec BD

Ce printemps, Québec BD est heureux d’accueillir en résidence dans la capitale, à l’occasion de son festival, trois auteurs internationaux : le Belge Marc-Renier, l’Espagnole Sandra Cardona et l’Anglaise Mikiko. « L’accueil d’auteur.e.s en résidence représente bien la volonté de notre organisme de créer des échanges culturels et de contribuer au rayonnement de la ville de Québec comme lieu inspirant pour les artisans du 9e art », affirme Thomas-Louis Côté, directeur de Québec BD.

Marc-Renier

Présent à Québec en avril et mai, dans le cadre de la résidence croisée entre le Québec et la Fédération Wallonie-Bruxelles, l‘auteur belge Marc-Renier profitera de son séjour pour effectuer des recherches visuelles et travailler sur divers projets, dont une nouvelle création avec un auteur québécois. La résidence Québec/Bruxelles en bande dessinée, qui en est à sa quatrième présentation, est rendue possible grâce au Conseil des arts et des lettres du Québec, à la Fédération Wallonie-Bruxelles et à Wallonie-Bruxelles International.

Sandra Cardona

Poursuivant son partenariat amorcé l’an dernier avec la Escola de Comic Joso et collaborant à nouveau à tisser des liens entre deux villes littéraires de l’UNESCO, soit Québec et Barcelone, Québec BD reçoit cette année en résidence l’auteure Sandra Cardona. Celle-ci profitera de sa présence en avril pour participer à des démonstrations de l’usage du numérique en bande dessinée dans le réseau de la Bibliothèque de Québec, à l’occasion de sa programmation Pop numeriQC. La venue de Sandra Cardona est rendue possible grâce à l’entente de développement culturel entre la Ville de Québec et le ministère de la Culture et des Communications.

Mikiko

Finalement, Mikiko, une auteure germano-japonaise basée en Angleterre, amorcera la nouvelle résidence croisée mise en place par Québec BD et le Lakes International Comic Art Festival. Présente tout le mois d’avril, elle participera à diverses activités et s’inspirera de la ville pour développer un projet qui trouvera écho lors de la prochaine présentation du festival. Il sera d’ailleurs possible de découvrir son travail dans une exposition présentée tout le mois d’avril au Fou-Bar. Sa venue est rendue possible grâce au gouvernement du Québec et au British Council.

Augusto Mora

Il est à noter que Québec BD accueillera également en résidence pour trois mois, de mai à juillet, l’auteur mexicain Augusto Mora. Celui-ci sera présent pour poursuivre la création de son roman graphique et rencontrer le milieu du 9e art québécois. Cette nouvelle résidence est rendue possible par le Conseil des arts et des lettres du Québec et le Fondo Nacional para la Cultura y las Artes (FONCA).

Les finalistes 2019 des prixc Bédéis Causa dévoilés!

Avec l’arrivée du mois de mars, le Festival Québec BD est heureux de présenter les finalistes en lice pour ses prix Bédéis Causa 2019. Sélectionnés par un jury formé de libraires, d’enseignants et de chroniqueurs spécialisés, ces finalistes sont notamment représentatifs de la riche production québécoise en matière de bande dessinée. Au dire de tous, les choix ont été particulièrement difficiles cette année, vu la qualité et la variété des albums publiés et éligibles dans les différentes catégories.

Remis depuis les débuts de l’événement, qui se déroule cette année du 6 au 14 avril, les prix Bédéis Causa cherchent à récompenser ce qui se fait de mieux en matière de bande dessinée, et plus spécialement celle créée par les auteurs d’ici.

Huit prix seront remis lors de la cérémonie, qui se déroulera au Musée de la civilisation de Québec, le vendredi 12 avril prochain à 19 h. Parmi ceux-ci, le Prix Jacques-Hurtubise, destiné à la nouvelle création et accompagné d’une bourse de 1 000 $, remise par Brouillard Communication, et le nouveau Prix Yvette-Lapointe, destiné à un album jeunesse publié par des auteurs d’ici. Pour ce dernier, l’album lauréat est sélectionné par un jury formé de lecteurs provenant de l’École des Jeunes-du-Monde, à Québec.

BÉDÉIS CAUSA 2019 – LES FINALISTES

Grand prix de la ville de Québec (Meilleur album de langue française publié au Québec par des auteur.e.s canadiens)

  • La petite Russie, de Francis Desharnais (Pow Pow)
  • De concert, de Jimmy Beaulieu, Sophie Bédard, Singeon et Vincent Giard (La Mauvaise tête)
  • L’Esprit du camp T. 2, d’Axelle Lenoir et Cab (Lounak)
  • 13e Avenue T. 1, de Geneviève Petersen et François Vigneault (La Pastèque)
  • Les ananas de la colère, de Cathon (Pow Pow)

Prix Réal-Fillion (Auteur.e canadien, scénariste et/ou dessinateur s’étant le plus illustré avec son premier album francophone professionnel)

  • Geneviève Petersen, pour 13e Avenue T. 1 (La Pastèque)
  • Rémy Bourdillon, pour Faire campagne (La Pastèque)
  • Jean-François Laliberté et Sacha Lefebvre, pour U-Merlin T1 (Michel Quintin)

Prix Yvette-Lapointe (Meilleur album jeunesse de langue française publié par des auteur.e canadiens)

  • Aventurosaure T. 1, de Julien Paré-Sorel (Presses Aventure)
  • Les Laborats T. 2, de Richard Vallerand (Michel Quintin)
  • AST T. 5, de Jean-Philippe Morin et Ced (Sarbacane)

Prix Albéric-Bourgeois (Meilleur album de langue française publié à l’étranger par des auteur.e.s canadiens, dessinateurs et/ou scénaristes)

  • Arale, de Tristan Roulot et Denis Rodier (Dargaud)
  • Giant T. 2, de Mickaël (Dargaud)
  • Les Nombrils T. 8, de Delaf et Dubuc (Dupuis)

Prix Maurice-Petitdidier (Coup de cœur du jury pour album francophone publié à l’étranger par un auteur.e non canadien)

  • L’Âge d’or T. 1, de Cyril Pedrosa et Roxane Moreil (Aire Libre)
  • Cinq branches de coton noir, de Steve Cuzor et Yves Sente (Aire Libre)
  • Ceux qui restent, de Joseph Busquet et Alex Xoül (Delcourt)

Prix traduction (Coup de cœur du jury pour album publié en français et issu d’une traduction)

  • Moi ce que j’aime, c’est les monstres T. 1, d’Emil Ferris (Alto)
  • Royal City T. 1, de Jeff Lemire (Urban Comics)
  • Black Monday Murders T. 1, de Jonathan Hickman et Tomm Coker (Urban Comics)

Lors de la cérémonie, Québec BD remettra également le Prix Albert-Chartier, attribué chaque année en hommage à un individu ou organisme ayant marqué le monde de la bande dessinée francophone au Québec.

De plus, l’organisation décernera pour une troisième année le Prix Jacques Hurtubise, visant à favoriser la nouvelle création et les auteurs émergents au Québec. Ce prix, assorti d’une bourse de 1 000 $ offerte par BROUILLARD Communication, est destiné à aider un.e auteur.e à mener à terme un projet déjà en chantier de publication en autoédition. Les candidats intéressés à soumettre leur dossier pour ce prix peuvent le faire d’ici le 1er avril 2019, en consultant les informations disponibles au www.quebecbd.com.

Rappelons que la présentation des Bédéis Causa porte sur les albums publiés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2018. Comme à l’habitude, la sélection des finalistes a été effectuée par un jury formé de libraires, d’enseignants et de chroniqueurs spécialisés.

«Moi ce que j’aime, c’est les monstres» Grand Prix ACBD de la Critique 2019

Au terme d’un troisième tour de vote, l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée (ACBD) couronne Moi ce que j’aime, c’est les monstres — livre premier d’Emil Ferris, publié chez Monsieur Toussaint Louverture en Europe, et Alto au Québec, de son Grand Prix 2019.

Moi ce que j’aime, c’est les monstres est le premier roman graphique de l’Américaine Emil Ferris, née en 1962. Dans cet album puissant, au dessin ébouriffant, elle brasse les époques et les récits, d’inspiration autobiographique. Contant l’enfance d’une fillette des années 1960 dans un quartier miséreux de Chicago : la jeune Karen fait chaque jour face à l’horreur et à la souffrance, et se représente en monstre. Quand sa voisine meurt dans d’étranges circonstances, elle décide d’enquêter. L’occasion pour l’autrice de plonger ses lecteurs dans l’Allemagne nazie, où la victime a grandi et a été persécutée…

Cette bande dessinée succède à La Terre des fils de Gipi, Grand Prix 2018. Elle a été sélectionnée parmi cinq titres issus d’un premier choix des membres de l’ACBD après discussion lors du Festival bd Boum à Blois en novembre.

Les quatre autres finalistes étaient :

  • L’Âge d’or de Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil, Dupuis
  • Courtes distances de Joff Winterhart, Çà et là
  • Malaterre de Pierre-Henry Gomont, Dargaud
  • Servir le peuple d’Alex W. Inker, Sarbacane

Le Grand Prix de la Critique ACBD a pour ambition de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, un livre de bande dessinée, publié en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur y déploie. »

L’ACBD compte 95 journalistes et critiques qui parlent régulièrement de bande dessinée dans la presse régionale et nationale écrite, audiovisuelle et numérique. Le Grand Prix de la Critique ACBD 2019 a été choisi parmi les 4133 nouveaux titres publiés dans l’espace francophone européen (France, Belgique, Suisse) entre le 1er novembre 2017 et le 31 octobre 2018.

«Les Croques T1» est lauréat du Prix jeunesse ACBD 2018

L’ACBD, l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée, a l’honneur de décerner son troisième prix Jeunesse-ACBD à Les Croques, tome 1, Tuer le temps de Léa Mazé, publié par les Éditions de la Gouttière.

Les Croques invite le lecteur à suivre Céline et Colin, deux enfants qui résident en bordure d’un cimetière et dont les parents dirigent une entreprise de pompe-funèbres. Au rythme du feuilleton et sur le ton du mystère, leur aventure explore la thématique de la famille, mais aussi celles du deuil et du harcèlement scolaire. Ce premier épisode témoigne d’une maîtrise graphique et narrative flagrante.

Cet album est consacré Prix Jeunesse-ACBD au terme d’un scrutin auquel ont participé 50 membres de l’ACBD.

Les autres titres sélectionnés étaient :

  • Les Cavaliers de l’Apocadispe, tome 1 : Maîtrisent la
    situation, par Libon, Éditions Dupuis
  • Jack le Téméraire, tome 2 : Face au roi des Gobelins,
    par Ben Hatke, Éditions Rue de Sèvres
  • Kong-Kong, Le Singe sur le toit, par Yann Autret et
    Vincent Villemot, Éditions Casterman
  • Mausart par Thierry Joor et Gradimir Smudja, Éditions
    Delcourt

Ce troisième prix Jeunesse-ACBD a été remis le samedi 1er décembre 2018 dans le cadre du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, en présence de Pascal Jousselin, lauréat du Prix Jeunesse-ACBD 2017 pour Imbattable tome 1, Justice et légumes frais, Éditions Dupuis.

Le Prix Jeunesse ACBD a pour but de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, un livre de bande dessinée destiné au jeune public, publié en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur y déploie ».

La sélection du Prix Jeunesse-ACBD dévoilée

L’ACBD dévoile la sélection des cinq titres concourant pour le troisième Prix Jeunesse-ACBD, établie par son comité de sélection. Le nom du lauréat sera dévoilé lors de la cérémonie de remise du prix le samedi 1er décembre au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil. Il succédera à Pascal Jousselin pour Imbattable tome 1, Justice et légumes frais, Éditions Dupuis, Prix Jeunesse ACBD 2017.

  • Les Cavaliers de l’Apocadispe, tome 1 : Maîtrisent la situation, par Libon, Éditions Dupuis
  • Les Croques, tome 1 : Tuer le temps, par Léa Mazé, Éditions de la Gouttière
  • Jack le Téméraire, tome 2 : Face au roi des Gobelins, par Ben Hatke, Éditions Rue de Sèvres
  • Kong-Kong, Le Singe sur le toit, par Yann Autret et Vincent Villemot, Éditions Casterman
  • Mausart par Thierry Joor et Gradimir Smudja, Éditions Delcour

Les prix de l’ACBD ont pour ambition de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, des livres de bande dessinée, publiés en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par leur puissance, leur originalité, la nouveauté de leur propos ou des moyens que les auteurs y déploient ».